Nous contacter par email contact@oseance.com ou par téléphone +33(0) 6 34 58 62 74

La bienveillance concourt-elle au bonheur au travail ?
Peut-elle en être l’un des leviers sans pour autant demander de changements organisationnels profonds ?
Qu’entend-on par bienveillance ?

Elle tient à une attitude générale, à un engagement de posture, à une mise en relation appliquée par tous et toutes, dans tout type d’entreprise et quelque soit le style de management. Cela ne passe pas par une méthode mais par une prise de conscience des comportements entre les acteurs, femmes et hommes de l’entreprise.

Nous parlons chaque jour d’entreprises agiles… Cela n’induit-il pas implicitement des prises de conscience agiles ? quant est-il des prises de conscience agiles en matière de bienveillance ?

Simplement une meilleure compréhension des atouts des relations saines, de l’empathie, de l’indulgence, de la sensibilité, de l’amabilité… Ces qualités ne sont-elles pas devenues les ingrédients indispensables pour plus d’humanité dans le monde du travail et quel que soit le contexte ?

Si cette idée est partagée et démontrée par les études sur les bienfaits économiques comment peut-on y concourir sans tomber dans une rhétorique excessive ?

Une chose est sûre, elle paraît devoir être la volonté du staff dirigeant après évaluation de l’ensemble des actions à mener et de leur potentialité de réussite. Le pragmatisme doit s’établir dans toutes les dimensions de décision.

Pour un regard innovant sur le management « Le management bienveillant » Philippe Rodet, Yves Desjacques. Editions Eyrolles.

Partagez cet article !

Vous serez peut être intéressé·e par

Pas encore de commentaire

Vous pouvez être le premier à poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre nom Merci de saisir une email valide Merci de saisir un message